Libération_Hypersensibilité_gestion des émotions_gestion du stress_Rennes_Aude-Valérie Jung

Quel lien entre gestion des émotions, hypersensibilité et gestion du stress ?

Quel lien entre gestion des émotions, hypersensibilité et gestion du stress ?

I. La gestion des émotions : pourquoi et comment ?

Toi, lecteur, qui aurait tapé le front en sueur l’expression « gestion des émotions » sur ton moteur de recherche préféré et qui serait « tombé » sur ce texte (j’espère pas trop violemment 🙂), sache que je préfère le terme de libération émotionnelle (voir vidéo Youtube), tout simplement car pour moi les émotions ne sont pas des actions placées en bourse ni des lignes comptables ! Pourtant tu n’es pas le seul, car nous en parlons encore majoritairement de cette façon … Particulièrement dans nos sociétés occidentales, où les émotions dérangent.

Les blocages de l'inconscient

La société nous demande de ravaler nos émotions, de les réprimer. Cependant l’émotion réprimée ne va pas disparaître, au contraire, elle va rester bloquer dans le subconscient, créant des blocages énergétiques dans nos corps, occasionnant mal-être voire maladies: fatigue chronique, douleurs, dysfonctionnements hormonaux et digestifs, dépression, j’en passe et des meilleures !

Les schémas répétitifs

En outre, par effet miroir, nous pourrons ensuite attirer à nous des personnes qui mettront le doigt sur ces blocages de façon souffrante, conduisant à des schémas répétitifs. Ce genre de schéma continue de se répéter tant que la cause et l’origine du trauma émotionnel n’ont pas été identifiés et traités.

Quand l’émotion est libérée du subconscient, elle arrive à la lumière de la conscience et il s’en suit la compréhension et la libération: il ne s’agit donc pas de faire taire l’émotion, mais d’apprendre à l’accueillir pour la remettre à sa juste place en nous. Afin qu’elle puisse nous délivrer son véritable message et nous permettre d’avancer.

Car les émotions sont avant tout des informations qui nous permettent en réalité de mieux comprendre nos besoins profonds, c’est donc une boussole intérieure précieuse !

II. La gestion du stress : pourquoi et comment ?

La difficulté à vivre et libérer ses émotions peut se manifester à la longue par un sentiment de déprime, un manque d’énergie. Notre capacité à réagir de façon adéquate aux événements de notre vie peut s’en trouver déréglée…et il n’y a qu’un pas à ce que notre émotivité soit d’avantage exacerbée ! Nous rentrons alors sur un mécanisme de stress, plus ou moins chronique.

Les émotions ont donc un rôle majeur dans notre mécanisme de stress. Je dis « notre » car nous avons tous un schéma qui est propre à notre histoire personnelle, ainsi les déclencheurs du stress ne sont pas tous les mêmes suivant les personnes.

Cependant, pour tous, nous pouvons distinguer une phase d’alerte ou d’alarme, une phase de résistance puis une phase d’épuisement, pouvant mener à ces fameux « burn-out » émotionnels dont nous entendons beaucoup parler dans l’actualité !

Hypersensibilité_gestion des émotions_gestion du stress_Rennes_Aude-Valérie Jung

Les DECLENCHEURS

Rappelons que le déclencheur ou « évenement stressant » est celui qui lance l’alerte à notre cerveau dit « reptilien » qui stocke des informations antédiluviennes…à savoir du temps des dinosaures comme son nom l’indique ! Quand nous sommes stressés, nous raisonnons donc en terme de survie immédiate et nous bloquons l’accès à d’autres zones de notre cerveau nous permettant d’avoir une vision plus large et moins enfermante…

Le rôle de l'égo

Comme le stress est une « réaction » de notre Etre à ce qui nous arrive, d’un point de vue personnel, je parlerai aussi de deséquilibre entre notre égo et la petite voix de notre sagesse intérieure, d’avantage reliée à notre cœur qu’à l’écoute de nos besoins personnels instantanés. Mais ceci est une autre grande histoire que je vous raconterai peut-être dans un prochain article !

 

Pour résumer, le stress pourrait donc être vu comme un trop-plein d’émotions, et non comme les émotions elles-mêmes. C’est une conséquence, un cheminement interne qui nous est propre associant pensées, « soupe » émotionnelle, et réactivant des mémoires et systèmes de croyances profondes.

 

III. qu'est-ce que l'hypersensibilité ?

SEnsibilité ou émotivité ?

Dans le petit Larousse, la sensibilité est définie par « lAptitude à s’émouvoir, à éprouver des sentiments d’humanité, de compassion, de tendresse pour autrui ». La sensibilité est une aptitude … tout à fait humaine, qui est un véritable trésor, dans le monde actuel où l’intelligence artificielle est en plein essor ! La sensibilité est en effet une belle qualité. L’émotivité, pouvant apparaître gênante à vivre dans certains cas, est toute autre … cette émotivité handicappante trouvera par conséquent son apaisement dans le champ de la libération émotionnelle, alors que la sensibilité à proprement parler n’est pas « solutionner » ou à « traiter ». Et tu m’as compris ami lecteur, sans doute encore moins à gérer 😉.

Comment "gérer" l'hypersensibilité ?

Certaines personnes se disent « ultra », « hyper » ou « hautement » sensibles. Le mot en lui-même nous dit qu’il ne s’agit « que » d’une notion de « seuil », de degré.

Je comparerai cette capacité à celle d’un musicien ayant à sa disposition plus de notes et d’octaves: s’il apprend à jouer mélodieusement de son instrument, sa partition n’en sera que d’autant plus riche et diversifiée.

Je te présente dans la vidéo ci-contre quelques caractéristiques pour savoir si tu es hypersensible, ainsi que mon parcours et comment je peux t’accompagner en individuel.

Tu peux également si tu le souhaites tester ta sensibilité ici, ou lire un article faisant la synthèse des connaissances actuelles sur le sujet ici. 

HYPERSEnsibilité et STRESS

Thomas Boyce a montré par son étude réalisée sur plusieurs populations d’enfants, que la haute sensibilité pouvait s’exprimer par une haute réactivé au stress. 1/3 des enfants seraient des « enfants orchidées », plante ayant besoin d’un environnement favorable pour se développer. Pour les personnes hautement sensibles, la santé, le relationnel, leur réussite sociale pourraient dont être impactées plus fortement par des situations environnementales stressantes (The Orchid and the Dandelion: Why Some Children Struggle and How All Can Thrive, Thomas Boyce).

Pour le Dr Elain Aaron, il peut y avoir un véritable cercle vicieux, car de ce stress potentiel résulte une vigilance accrue pour les personnes hautement sensibles: leur traitement sensoriel de l’information est approfondi, à savoir que ces personnes ont une capacité cérébrale plus élevée à tout ressentir … Par exemple, dès que l’on parle d’une orange, la personne hypersensible peut la voir, la ressentir, la goûter, la sentir, etc…. (Aron, E., Aron A., and Jagiellowicz, J. « Sensory processing sensitivity: A review in the light of the evolution of biological responsivity », Personality and Social Psychology Review, 16, 262-282, 2012).

CONCLUSION

De mon point de vue, les émotions et notre sensibilité sont magnifiques, elles sont notre moteur d’avancement et de transformation, les ignorer revient à s’ignorer, les rejeter revient à se rejeter soi-même. Pour moi, la paix véritable ne peut se vivre que si nous acceptons d’être traversé par toutes ces émotions et que nous prenons la responsabilité d’en faire l’examen dans la conscience.

Les émotions sont aussi finalement notre vérité, car ce sont elles qui nous permettent d’emmagasiner tous les souvenirs. Elles donnent aussi une forme tangible à nos pensées, elles nous permettent de créer, elles nous poussent à accomplir de grandes choses, et surtout elles nous permettent d’AIMER.

Alors ECOUTONS-les et apprenons à nous AIMER tels que nous sommes et dans notre totalité.

Vivons AVEC NOS EMOTIONS notre PLEIN POTENTIEL !!

 

 Vous avez besoin d’être accompagné(e), prenons rdv !

        Vous préférez travailler en toute autonomie et me découvrir avec un atelier enregistré en ligne, vous avez toutes les informations dans le lien ci-contre

No Comments

Post A Comment